Petite communauté de l’Î.-P.-É. se prépare pour l’ouverture « parfaite » du Stompin’ Tom Centre

Des ouvriers repositionnent une affiche sur le site du Stompin’ Tom Centre à Skinners Pond le 3 août 2016. Plus de deux décennies après que les citoyens locaux ont commencé à cueillir des fonds pour construire un centre dédié à la musique et la vie de leur enfant chéri, le Stompin’ Tom Centre ouvrira finalement ses portes à l’occasion du 150e anniversaire du Canada.

 

Par Andrew Vaughan

The Canadian Press

(Traduction)

 

SKINNERS POND, PEI – Plus de deux décennies après que les résidents de Skinners Pond ont commencé à cueillir des fonds pour construire un centre dédié à la musique et la vie de leur enfant chéri, le Stompin’ Tom Centre ouvrira finalement ses portes à l’occasion du 150e anniversaire du Canada.

 

Le centre de 1,2 million de dollars conservera la résidence d’enfant de Stompin’ Tom Connors et la petite école qu’il fréquentait.

 

« Le timing est parfait. C’est le 150e anniversaire du Canada et il était tellement un Canadien iconique, » signale Anne Arsenault, directrice générale de l’organisme de développement économique, Tignish Initiatives, qui a développé le centre, qui ouvrira ses portes le 1er juillet.

 

  1. Connors fut né à Saint John, N.-B., placé dans un orphelinat à l’âge de 9 ans et adopté un an plus tard par une famille de Skinners Pond.

 

Il s’est évadé quatre ans plus tard pour voyager, à l’aide de son pouce, d’un bout à l’autre du pays et, éventuellement, pour chanter ses chansons, en s’accompagnant d’une vieille guitare, pour se nourrir. Il a composé des centaines de chansons, la plupart basées sur de vrais évènements, de vrais gens et de vrais villages qu’il a visités.

 

Mais il a toujours maintenu une place spéciale dans son cœur pour Skinners Pond.

 

Dans les années 1970, M. Connors a acheté la veille petite école de Skinners Pond; on l’a maintenu comme musée pour mettre en montre des souvenirs de sa carrière. On pouvait y voir certains de ses disques d’or et une de ses paires de bottes de cowboy bien utilisées. Et à l’extérieur, il y avait le camion qu’il utilisait pour se promener partout au Canada. Mais le site fut éventuellement fermé et ses pièces d’exposition furent retournées à sa résidence en Ontario.

 

Avant qu’il décède en mars 2013 à l’âge de 77 ans, M. Connors a indiqué bien clairement qu’il considérait Skinners Pond son chez-lui et qu’il appuyait pleinement l’idée de faire revivre l’idée d’un musée et d’un centre culturel.

 

« Il était en paix ici, » a signalé sa veuve Lena Connors, lorsque les plans pour le centre ont été dévoilés. « C’était un lieu paisible pour lui. Il adorait cette région. »

 

Le plan a basculé brièvement lorsque Patrimoine canadien a refusé d’octroyer 350 000 $ au projet, en plus d’autres argents fédéraux et provinciaux qui avait été promis – simplement puisque Tignish Initiatives n’est pas considéré un organisme artistique ou culturel.

 

Le groupe a ultimement décidé de réduire l’ampleur de son projet et de continuer, a indiqué Mme Arsenault.

 

Le centre accueillera un souper-spectacle à propos de Stompin’ Tom et une boutique à cadeaux. Il y aura aussi un studio d’enregistrement où les gens « pourront enregistrer une chanson avec Stompin’ Tom, » a indiqué Mme Arsenault.

 

Parmi les expositions au centre, on retrouvera ses disques d’or, ses bottes, son chapeau de cowboy et sa guitare.

 

Les organisateurs planifient également une série de spectacles qui s’étendront sur deux jours autour de la fin de semaine du 1er juillet.

 

« Pour être franche, nous avons toujours dit que l’ouverture officielle pour le centre devrait absolument se faire sur le jour de la Fête du Canada. C’est par parfaite coïncidence cette année que c’est le 150e anniversaire du Canada. Nous avions originalement planifié d’ouvrir le centre l’an passé, mais on été obligés de repousser l’ouverture. Les choses se passent pour une raison, je suppose, » a noté Mme Arsenault.

 

Elle a ajouté que l’annonce publicitaire touristique iconique qu’avait enregistré Stompin’ Tom – 800-565-7421 – fera partie de la campagne de promotion pour l’ouverture officielle.

 

Comme bien d’autres de ses chansons, comme The Hockey Song, Bud The Spud et Sudbury Saturday Night, cette petite chansonnette-là demeure rattachée solidement dans l’esprit des Canadiens des décennies plus tard.

 

« Il avait la capacité de composer des chansons bien simples qui résonnaient avec les gens, » conclut Mme Arsenault.